FR | BE | EN | NL | RO

Clinique de traitement de l'alcoolisme et de la toxico-dépendance

Barbituriques

Informations générales

Les barbituriques sont des sédatifs prescrits aux patients ayant des troubles du sommeil et d'autres maladies mentales afin de les calmer et les aider à mieux dormir. Ils agissent en tant que dépresseurs sur le système nerveux central. C’est l’un des plus anciens sédatifs actuellement utilisés. Les barbituriques ont été mis au point pour la première fois au service médical au début des années 1900. Ce n'est que dans les années 1960 que les barbituriques sont vraiment devenus un médicament répandu pour traiter l'anxiété, l'insomnie et les crises épileptiques.

Peu après l'utilisation généralisée des barbituriques, ils ont commencé à être consommés abusivement, en particulier pour réduire l'anxiété, diminuer l'inhibition ou traiter les effets indésirables provenant des drogues illicites. Les barbituriques peuvent être extrêmement dangereux puisque la dose adéquate est difficile à prévoir. Même une légère overdose peu provoquer le coma ou la mort.

Ils peuvent aussi créer une dépendance et provoquer un syndrome de sevrage constituant une menace pour la vie.

Certains noms de rue communs des barbituriques incluent Tuinal, Seconal, Nembutal, les barbs, downers, blues, reds, sekkies, somnifères, pilules pour dormir, Amytal, Seonal, goof balls et Christmas trees.

Modes de consommation et consommation excessive

Les barbituriques sont généralement avalés sous forme de comprimés ou peuvent être injectés. Leur consommation est souvent excessive en tant que substituts de l'alcool et les gens en prennent pour se sentir détendus et euphoriques. Dans la rue, ils sont souvent consommés avec de la cocaïne, des amphétamines, et de la méthamphétamine en cristaux.

Les barbituriques peuvent faire l’objet d’une consommation excessive parce qu'ils peuvent neutraliser l'effet des drogues illégales. Ils ont un effet calmant sur le cerveau et leur consommation déclenche des effets similaires à ceux des analgésiques, des somnifères et des antihistaminiques.

Les barbituriques sont aussi utilisés pour :

  • Le pentobarbital ou thiopental est utilisé dans l'induction de l'anesthésie générale.
  • Le phénobarbital et pentobarbital sont utilisés en cas d'épilepsie.
  • Sédation et hypnose afin de tranquilliser le patient et entraîner le sommeil.

Signes de consommation excessive

Lorsqu'une personne est dépendante aux barbituriques, certains signes peuvent être observés tels qu'une tendance constante à tomber, des jambes contusionnées, une nervosité excessive, des tremblements, une sensibilité au bruit, une agitation, une transpiration abondante, des hallucinations et des symptômes d'insomnie.

Les effets des barbituriques peuvent durer de 4 à 16 heures ou même au-delà dans certains cas.

Des doses élevées de barbituriques font baisser l'activité nerveuse et musculaire et inhibent la consommation d'oxygène à l'intérieur des tissus. À faibles doses les barbituriques peuvent agir en tant que sédatifs, en d'autres termes ils ont un effet tranquillisant. Pris à doses plus fortes, ils ont un effet hypnotique ou somnifère et des doses encore plus élevées ont un effet antiépileptique et anesthésique.

Les effets à court terme des barbituriques comprennent : troubles de l’élocution, respiration lente, léthargie, fatigue, désorientation, manque de coordination, pupilles dilatées, jugement affaibli, irritabilité, légère euphorie, absence d'inhibition et somnolence.

Les effets à long terme des barbituriques comprennent : fatigue chronique, manque de coordination, troubles de la vision, étourdissement, réduction des réflexes, trouble sexuel et troubles respiratoires.

Risques pour la santé

Les doses élevées de barbituriques peuvent provoquer une dépression dans le système respiratoire du cerveau et en cas de surdosage sévère, il y a une suppression totale de la respiration ce qui mène à un arrêt respiratoire et éventuellement à la mort.

L’un des dangers principaux de l'abus de barbituriques est le fait que la différence entre une dose qui cause la somnolence et une qui cause la mort est minuscule. Dans le domaine médical, cette différence s'appelle indice thérapeutique étroit. C'est la raison pour laquelle les barbituriques sont très dangereux. Une dose normale est très proche d'une dose létale et par conséquent, une overdose peut être provoquée par quelques comprimés de plus.

En plus d'avoir un indice thérapeutique étroit, les barbituriques sont aussi addictifs. Lorsqu'ils sont pris quotidiennement pendant plus d’un mois, le cerveau développe une dépendance à la drogue, ce qui entraîne des symptômes de manque sévères si la consommation est interrompue sans surveillance médicale.

Les utilisateurs de longue date sont vulnérables à la pneumonie ou la bronchite. Si on consomme les barbituriques à long terme, il y a un risque de développer des changements d'humeur, des périodes de dépression, des trous de mémoire, des horaires irréguliers de sommeil, de l’insomnie, une faiblesse profonde et de la fatigue.

Symptômes de manque

Il existe certains symptômes de manque comme l'irritabilité, la nervosité, le delirium, les troubles de sommeil, les évanouissements, la nausée, les tressaillements, les frissons, l’hypertension, les sueurs, les attaques, les crampes, la confusion et les hallucinations. Puisque les barbituriques diminuent la phase de mouvements oculaires rapides pendant le sommeil, lors de laquelle rêve a lieu, le sevrage peut provoquer des perturbations du sommeil tels que des cauchemars, de l’insomnie ou des rêves vifs.

Traitement de l’addiction aux barbituriques et détoxification

Une personne en état d’overdose de barbituriques doit être emmenée à l'hôpital général (Service d'urgence).

Lorsque la menace urgente est traitée, les consommateurs de barbituriques auront besoin d'une désintoxication intra-hospitalière prolongée ainsi que d'une thérapie jusqu'à ce qu'ils soient considérés complètement sevrés.

Pour plus d’informations, consultez notre rubrique consacrée au traitement de l'addiction aux barbituriques à l'hôpital Castle Craig, en Écosse.

Sources

recoveryroadmap.org

news-medical.net

emedicinehealth.com

factsaboutbarbiturates.blogspot.com